Mar 29

Nous vendons notre maison

Bonjour,

Nous sommes Pierre et Maria-Melitta LAURET.

Tous deux retraités maintenant, nous souhaitons partir nous installer, pour nos vieux jours, à l’Ile de la Réunion.

Nous vendons donc notre maison.

Ayant choisi de vous la vendre

directement, sans intermédiaire, donc sans frais supplémentaire pour vous,

nous vous prions de trouver, ci-dessous, une description complète de cette demeure à laquelle, depuis sept ans, nous avons apporté bien des améliorations.

Où est-elle située ?

L’adresse : 6, Rue de la croix rouge, 49160 SAINT-MARTIN DE LA PLACE.

 

En arrivant de la levée,

 Vous découvrez la maison par-dessus le mur fraîchement ravalé : sur votre gauche, un ruisseau en contre-bas.

 

Sur la droite, le portail électrique neuf, en aluminium thermolaqué, vous laisse entrer.

Outre le branchement du portail, il a été prévu celui d’un éventuel interphone ou visiophone, ce sera à votre choix. Pour le moment, nous avons une simple sonnette sans fil…

En entrant dans la cour,

vous trouvez, en face de vous, la maison, avec ses volets bleus (RAL 1514) fraîchement repeints, assortis au portail.

Sur votre droite, la grange qui vous servira de garage, et l’atelier fermé.

En face de la maison, le long de la rue, vous pourrez entreposer du bois prêt à brûler dans un double appentis.

       

Sur votre gauche, vous commencez à voir le parc, mais aussi, du côté rue, le cabanon de jardin dans lequel vous trouverez tout le matériel nécessaire.

Le long de la rue, se succèdent, de part et d’autre du portail, deux haies de thuyas, puis une haie de lauriers (récemment élaguée).

Les premiers arbres vous accueillent : albizia, saule crevette, cèdre.

Vous apercevez la réserve de bois…

Dans la cour, les parterres sont bien clos de gros pavés, paillés : magnolia, rosiers, plantes diverses.

La terrasse se prolonge tout le long de la façade,

La maison :

De gauche à droite, vous voyez trois corps de bâtiments :

  • à gauche se trouvent, au rez-de-chaussée le grand salon prolongé par la bibliothèque et l’escalier et, à l’étage, une chambre, un bureau et une salle d’eau.
  • Au milieu, avec son toit à la Mansart, cette partie, plus ancienne, reçoit, au rez-de-chaussée: la cuisine et l’arrière-cuisine, à l’étage: une grande chambre avec salle d’eau, dressing et WC. Vous y découvrirez aussi un petit grenier.
  • Tout à fait à droite, se trouve au rez-de-chaussée: une chambre avec salle de bains et WC, avec au-dessus, un grenier conséquent accessible par la porte de façade (l’échelle est dans la grange, trois pans, en alu, elle vous restera)

Poursuivons la visite des extérieurs.

Vous contournez la maison par son pignon Nord (plus exactement Nord-Est).

Sur ce pignon, vous trouvez le petit balcon de la chambre, au-dessous duquel se trouve son climatiseur .

  

Vous découvrez la véranda…

Vous passez au pied de l’Albizia qui vous donnera de jolies fleurs roses en fin d’été, près du cèdre, puis du pommier d’amour,

et vous découvrez le parc : Il est orienté Sud-Est.

         

 

Vous apprécierez l’ouverture de l’espace dans toutes les directions.

En toute saison, vous pourrez admirer les couleurs de l’aube,

         

Au solstice d’été, le soleil se lève derrière le grand peuplier que vous apercevez sur la photo à gauche.  Au solstice d’hiver, il se lève derrière le bosquet de bouleaux sur la droite de cette même photo.

L’hiver, vous bénéficierez de la chaleur des rayons du soleil dans la véranda.

Vous noterez, au passage, les installations de l’assainissement individuel : pompe de relevage, fosse septique et zone d’épandage en pelouse. Il date de Septembre 2013.

Sur votre gauche, une haie de thuyas : elle appartient à notre sympathique voisin. Il en assure la taille… Bien sûr, pour cela, il entre sur notre propriété… facile… il n’y a pas de porte… C’est d’ailleurs aussi bien pour moi… quand je dois tailler la nôtre… de son côté.

Dans l’enfilade, sur la gauche, puis parcourant les trois côtés du terrain, une haie de charmes… que je taille… deux fois par ans… des deux côtés… depuis un an, je me fais aider…

Ces tailles sont toujours des occasions de rencontres sympathiques…

Les arbres vous accueillent : A la suite du parterre jouxtant la maison, devant le salon, le hêtre pourpre, puis, sur votre gauche, le long de la haie : le pêcher… prolifique qui nous donne de belles pêches à manger fraîches, ou au sirop ou en marmelade, suivi d’un cerisier du japon, très décoratif au printemps.

Vient ensuite un cerisier (si ce n’est pas de la Burlat, cela y ressemble beaucoup) : c’est le plus précoce, il peut pâtir du gel… mais ses cerises sont excellentes… Vous devrez les partager avec les oiseaux…

Puis c’est un Catalpa, près duquel un Ginko-Biloba vous offrira ses jolies feuilles dorées à l’automne, et un autre cerisier, plus tardif.

Vers le milieu du terrain, un magnifique tilleul dont la forme régulière vous charmera, qui sert tous les ans de domicile à un couple de pigeons ramiers, un liquidambar et un érable qui vous éblouira par la couleur de feu de ses feuilles à l‘automne.

    

Au fond du terrain, un chêne a réussi à se faire une place près du bosquet de bouleaux. Deux noisetiers achèvent de composer le fond du jardin. Les écureuils en raffolent, ainsi que quelques petites mouches qui nourrissent les oiseaux.

Nous n’utilisons aucun pesticide ni aucun désherbant chimique.

Et vous arrivez près de la serre :  montée en 2013, en verre et alu, elle est équipée de vasistas à ouverture automatique et abritera vos semis  et vos légumes que vous mettrez à grandir avant de les mettre en pleine terre.

           

Un potager en trois platebandes les attendra, d’entretien facile : terreau sur film anti-mauvaises herbes, caillebotis, point d’eau.

A propos de point d’eau : le terrain est équipé d’un arrosage automatique programmable par secteur depuis l’arrière-cuisine.

Quittant la serre pour revenir vers la maison, vous trouverez le troisième cerisier (Cœur de pigeon), un pommier (Reinette Clochard, délicieuse pour les tartes et les compotes), un très vieux prunier qui donne encore et un mirabellier très prolifique.

Un peu plus loin un cognassier vous donnera de beaux fruits pour gelées, compotes ou pâtes de coing.

Aucun de ces arbres n’a reçu de traitement chimique, au moins depuis que nous habitons la maison, sept années de culture bio…

Vous profiterez du spectacle des mongolfières…

   

En effet, nous sommes situés sur un couloir de navigation de ces visiteurs de l’été.

Rassurez-vous, aucun n’a jamais atterri dans notre jardin.

 Et pour l’entretien du jardin,

Vous disposerez de tout le matériel nécessaire: Tondeuse autoportée, petite tondeuse autotractée pour les finitions, taille-haie thermique, tronçonneuse thermique, chevalet métallique pour tronçonnage, fendeuse électrique, débroussailleuse thermique, motobineuse thermique, broyeur électrique, outils divers, désherbeur thermique, groupe électrogène.

Le cabanon dispose d’une alimentation électrique et d’un point d’eau.

Revenant vers la maison,

vous apprécierez la perspective et verrez la véranda.

Outre la véranda, vous apercevez: la porte-fenêtre et la petite fenêtre du salon, au-dessus le climatiseur du bureau et, à droite, le velux de la chambre, avec, à gauche, le Vélux du palier.

Sur la toit à la Mansart, vous voyez le Velux de la chambre, au-dessus de la cuisine, et, au fond, la fenêtre de la chambre du rez-de-chaussée.

Les murs extérieurs de la maison reposent sur une base de pierres dures, sauf celui située entre la véranda et l’extrémité sud de la maison. Cette partie, ainsi que les murs intérieurs qui s’y rattachent ont été traités contre les remontées d’humidité par l’entreprise bien connue MUR PROTEC: ce traitement est réalisé par des injections de résine sous forte pression. Effectué en 2014, il est garanti 30 ans…

La véranda.

A l’époque où cette propriété était une ferme maraîchère, cet endroit de la maison, entre deux corps de bâtiment, était un porche sous lequel on rangeait le matériel agricole.

Ce porche avait été fermé par nos prédécesseurs.

Nous l’avons rouvert et installé cette véranda.

Construite par l’entreprise Concept-Alu, c’est une réalisation « haut de gamme » : parfaitement isolée, elle dispose d’une extension du chauffage central de la maison. Toutes les ouvertures sont munies de volets électriques pouvant être mobilisés indépendamment les uns des autres : 5 en façade et 4 sur le toit.

Cette véranda est un appoint considérable en termes d’économie d’énergie. L’hiver, pour peu que le soleil se montre un peu, même voilé, nous y bénéficions, sans le chauffage central, d’une température de 18 à 20 degrés. L’orientation Sud-Est y est pour beaucoup.

C’est une vraie pièce à vivre.

Revenons maintenant vers la façade ouest de la maison.

Traversons la terrasse et entrons … par la cuisine.

        

 

 

 

 

 

D’une surface de 26.50m², elle est aménagée et équipée : outre les éléments de rangement, vous y trouverez :

  • Une cuisinière GAUDIN (modèle Souveraine) : 5 feux à gaz dont un avec plaque mijoteuse, un four vertical de 45l à chaleur tournante, un four horizontal de 70l multifonction avec gril et chaleur tournante.
  • La hotte qui évacue les fumées et vapeurs vers l’extérieur de la maison. Vous aurez juste à passer les grilles dans votre lave-vaisselle.
  • Un billot mobile, rangé sous le plan de travail,
  • Un réfrigérateur-congélateur inox assorti au reste qui pourrait éventuellement vous intéresser,
  • Un poêle à bois dans l’ancienne cheminée de tuffeau à laquelle nous avons offert un petit ravalement pour votre plaisir.
  • Une grande table de monastère que vous pourrez garder.

Nous avons apporté à cette pièce la modernité indispensable tout en lui conservant son cachet : les poutres sont d’origine, pas jeunes…, les entre-poutres ont été toilées (fibre de verre) et peintes. Le sol est carrelé d’un grès gris.

Passons la porte qui jouxte l’entrée…

Attention à votre tête… Vous êtes dans une ancienne ferme…

Je mesure 1m80 et mon crâne n’en souffre plus…

Le dégagement (5,39m²) s’ouvre, à gauche sur l’arrière-cuisine, en face sur la chambre.

     

Outre l’armoire qui vous donne une idée du volume disponible, nous y avons installé un rangement pour les chaussures, démontable.

L’arrière-cuisine : ses 6,60m² accueillent beaucoup de choses :

  • Le chauffe-eau électrique (2015) de 300l un peu surdimensionné pour nous deux, mais que nous avons choisi en pensant à vous,
  • Lave-linge et lave-vaisselle : les vôtres y trouveront leur place, la largeur laisse de la marge, le tout sous un plan de travail.
  • Evier, que certains appellent « timbre d’office »
  • Ballon de réserve de pression pour l’alimentation à partir du puits,
  • Chaudière à gaz (condensation), (installée en 2015)
  • Programmateur de l’arrosage automatique.
  • Un râtelier à bouteilles. (On ne peut pas avoir de cave)
  • Un grand congélateur (que nous emporterons).
  • Et un certain nombre de canalisations

Revenons vers le dégagement et entrons dans la chambre.

Cette chambre de rez-de-chaussée est précieuse.

Nous y avons reçu, sans difficulté, des personnes à mobilité réduite dans ses 14,88m².

De la cheminée, il ne reste que le manteau, décoratif.

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les poutres sont apparentes.

La salle de bain est bien fonctionnelle : complètement ouverte, elle offre un lavabo, une baignoire, ainsi que des étagères de rangement et un dressing, sur une surface de 5,27m².

Les WC sont séparés, vastes, avec leurs 3,51m².

Cette chambre dispose d’une entrée indépendante donnant sur la terrasse.

A l’opposé, après avoir traversé la cuisine,

montons deux petites marches pour gagner la bibliothèque-véranda.

    

  

Cette pièce, l’ancien porche de la ferme, accueille sur ses 15,48m² une grande bibliothèque, un coin bureau et l’arrivée de l’escalier qui monte à l’étage.

Elle est entièrement ouverte sur la véranda de 17,24m² donnant sur le parc par ses trois faces.

     

Vous y bénéficierez de la lumière du jour, de la chaleur du soleil et du joli spectacle de la nature : le ciel sans obstacle, les arbres, leurs teintes si variées et toujours belles : toutes les nuances de vert du printemps et de l’été, les changements progressifs de l’automne quand chaque arbre semble attendre son tour pour se distinguer par ses propres couleurs.

Vous y observerez les oiseaux : le pic-vert magnifique et méfiant, le pic épeiche, les pies, toujours par deux, les pigeons ramiers, fidèles, les tourterelles.

Et si vous approvisionnez les mangeoires, vous verrez les mésanges copiner avec les moineaux, sous la surveillance des pinsons et du rouge-gorge. Vous apercevrez le roitelet sautillant dans la haie, et les chardonnerets à l’envol rapide.

 

  

Dans le jardin, vous devinerez aussi le hérisson aux traces qu’il laisse lors de ses sorties nocturnes… Il faudra être attentif si vous passez la débroussailleuse… il est précieux pour votre potager…

De temps en temps, vous verrez un lapin et même un lièvre, venant des champs voisins ou l’écureuil….

Autant vous dire que cette véranda est un investissement que nous ne regrettons pas !

Passons au salon : 41,28m², accueillant et confortable.

  

Nous y avons installé notre salon et un coin musique.

Au-dessus des cimaises, les murs de tuffeau sont apparents, sauf sur la façade Ouest et le pignon Nord que nous avons doublés de lambris larges sur une isolation multicouche.

Le plafond est lambrissé et bien fini par une corniche.

Au sol, les tomettes sont d’origine.

Deux radiateurs sont présents.

La cheminée est équipée d’un insert muni de bouches de chaleur, dans le salon, mais aussi dans la chambre qui est au-dessus.

Outre le poêle à bois de la cuisine, cet insert est un appoint important, en particulier en mi-saison.  Vous trouverez, en annexe, les chiffres de notre consommation et les détails techniques.

Pour le bois, vous disposerez de tout le matériel nécessaire et, pour l’entretien des foyers d’un aspirateur de cendres dédié.

Les fenêtres de la façade ouest ainsi que la porte fenêtre et la fenêtre de la façade est donnent une lumière traversante. L’été, même par forte chaleur, cette pièce reste fraîche.

Revenons vers la bibliothèque pour emprunter l’escalier.

           Cet escalier est en béton…

Large (1m), il facilite les déménagements… et même les emménagements.

Nous arrivons sur le palier.

Pour l’étage, nous vous indiquons, pour chaque pièce deux chiffres pour la surface :

la surface au sol et la surface Loi Carez (LC).

Ce palier (8,79m², 6,20m²LC), disposant d’un Vélux dessert : une salle d’eau, et la succession bureau-chambre d’un côté et une seconde chambre de l’autre côté.

La salle d’eau (5,13m², 3,08m²LC) offre un lavabo, des espaces de rangement, une douche (77x77cm), et un WC.

    

Le WC est à broyeur. En effet, il n’était pas possible de passer une canalisation de 10cm à cet endroit. Cette installation date de nos prédécesseurs, mais le WC actuel est tout récent… Le fonctionnement électrique n’a jamais été une gêne. Nous n’avons jamais de coupure de courant de longue durée. De toute manière les deux autres WC de la maison sont « classiques ».

   

Le bureau, (19,23m²,13,26m²LC) traversant entre le palier et la chambre abrite, vous le voyez sur la photo, un lit gigogne de 90cm, des éléments de bibliothèque, le bureau et ses meubles, ainsi que des éléments de dressing, ménageant, malgré cela un large passage vers la chambre. La fenêtre ouvre sur la cour, côté ouest. Sur la photo de gauche, vous voyez le climatiseur, au-dessus du petit meuble.

La chambre (21,85m², 14,95m²LC) a été rénovée tout récemment.

         

L’isolation a été renforcée et un Vélux a été posé, côté sud-est. La pièce est ainsi très claire et bénéficie d’un long ensoleillement, ce qui représente un gain en température et une économie de chauffage.

Vous trouverez, sur la cheminée, une bouche de chaleur alimentée par l’insert du salon qui est en dessous.

Dans cette chambre, vous trouverez également un climatiseur.

Les éléments de dressing sont assortis à ceux du bureau. Ils vous resteront. Ils pourront être déplacés à votre convenance.

La petite bibliothèque qui se trouve à côté de la cheminée pourra également vous rester. Elle est entièrement démontable, sans outil et sans fixation au mur.

Le lit actuel a une largeur de 2m, ce qui vous donne une idée de l’espace disponible.

Sur cette vue, vous découvrez l’enfilade chambre – bureau – palier, jusqu’à l’autre chambre. Revenons maintenant en arrière, vers le palier.

Vous aurez noté que tout le premier étage est parqueté de neuf.

Entrons dans l’autre chambre.

Attention à la porte… C’est l’ancienne porte du grenier, d’origine… Comme pour celle qui va de la cuisine à l’arrière cuisine, j’y passe facilement malgré mon 1m80…

Profitons-en pour remarquer que presque toutes les portes intérieures de la maison sont de type « porte de ferme » avec ce loquet caractéristique.

Devant nous se trouve un ancien grenier que nous avons aménagé en 2017 :

             

 

Nous en avons fait une chambre (22m², 18,92m²LC) équipée, en arrière d’un espace (12m², 10,32m²LC) partagé en trois parties (salle d’eau, dressing et WC), toutes séparées les unes des autres, mais communiquant par un couloir se glissant derrière le mur qui est à la tête du lit. On y accède indifféremment par la droite ou la gauche.

Les deux Vélux ont des vitrages récents. La lumière arrive par les deux faces de la maison.

   

Depuis ces Vélux, vous avez vue, d’un côté sur le parc. Vous  observez, en bas de la photo, la plaque d’accès à la citerne de gaz.  De l’autre côté vous voyez la cour avec la grange et les appentis à bois.

Petite particularité : Cette chambre peut, évidemment, recevoir un couple… On peut aussi y ajouter un lit d’appoint, si vos invités ont un enfant, par exemple.

Mais lors de la rénovation, nous avons fait installer deux radiateurs, un de chaque côté et l’éclairage mural a une commande double : cette précaution permettrait de partager cette chambre en deux plus petites, chacune gardant un accès aux sanitaires, pour des enfants plus grands, chacun disposant d’un espace « privatif ».


Dans le plafond des WC, une trappe munie d’un escalier escamotable conduit à un petit grenier bien pratique pour ranger les valises… vos valises…

Comme dans l’autre chambre, les éléments de dressing vous resteront.

 

Quelques chiffres et données techniques:

Taxe foncière : 1390.00€

EDF : 83.07€ /mois

Gaz : Environ 800kgs par an. Prix actuel à la tonne 1842.00€ TTC

Bois: 3 à 4 stères par an.

La citerne de gaz est enterrée en arrière de la maison, côté sud-est. Le fournisseur actuel est la société VITOGAZ, propriétaire de la cuve. Cette cuve est régulièrement contrôlée.

Entretien de la chaudière à condensation : nous avons un abonnement qui nous coûte 125.65€TTC par an.

La serre a été montée en Juin 2013.

La véranda a été montée en Septembre 2013

L’assainissement individuel date de Septembre 2013.

La chaudière à condensation date de Mars 2015.

Tous les diagnostics ont été effectués, sans anomalie.

Consommation énergétique: C

Gaz à effet de serre: C

Que dire de plus?

Nous vous donnons une description aussi précise que possible de la maison que nous vous proposons.

Comme vous le voyez, si vous êtes une famille, vous disposerez de trois chambres (ou quatre), et de trois sanitaires complets.

Si vous êtes moins nombreux, les chambres disponibles pourront être utilisées en chambres d’hôtes.

En effet, la départementale 952 est un axe touristique important. Le cyclotourisme est de plus en plus développé et les cyclistes sont friands d’hébergements proches de leur trajet.

Si vous aimez marcher, le chemin de halage, le long de la Loire, à 300m, vous enchantera.

Vous pourrez aussi vous détendre le long des chemins de la vallée, pour de bonnes marches reposantes, sans côtes…

Et la nuit venue, vous aurez une vue extraordinaire sur la voie lactée, sans aucune pollution lumineuse.

Saint-Martin de la Place est une commune de 1200 habitants, tranquille… sans les inconvénients de la ville… mais proche de ses commodités… Le centre-ville de Saumur est à moins de 10 minutes.

Vous trouverez près de chez vous:  point presse-poste-épicerie de dépannage, boulangerie, pharmacie, salon de coiffure, cabinet médical et infirmier, deux restaurants, un hôtel, un petit stade si vous voulez courir, deux courts de tennis en plein air,…

Vos questions seront les bienvenues et une visite de votre part nous fera grand plaisir.

Rien de tel, en effet, qu’une visite pour apprécier l’ambiance d’une maison.

Pendant toutes ces années, tous les propriétaires successifs y ont été heureux.

Nul doute que vous y soyez .

Nous y avons, chacun notre tour, apporté de nous-mêmes.

Nul doute que vous continuerez à la faire vivre.

Ce sera une grande joie pour nous de vous la transmettre.

Parlons-en, voulez-vous?

A bientôt.

Pierre et Maria-Melitta LAURET

Nos coordonnées:

Tel fixe: 02 41 38 75 55

Mobile: 06 86 40 63 89

e-mail: pierrelauret@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oct 14

Lettre à un ami

Pour cette année 2017, comme en 2016, dix mots nous étaient proposés: avatar, canular ,émoticône, favori, fureteur, héberger, nomade, nuage, pirate, télésnober.

 

Lettre à un ami

Cher Ami,

Voici quarante années que nos lettres se croisent.

Vous en souvenez-vous? C’était un matin de cet Avril dont Venise a le secret. Ses palais se miraient dans le grand canal et le bleu du ciel sans nuage le transformait en un avatar de la mer, sans ressac, avec les seules vaguelettes animées par le passage des vaporettis.

Nous étions, vous et moi, accoudés au parapet du Pont du Rialto. Arrivés chacun par une extrémité, vous venant de San Marco et moi de San Polo, nous nous étions arrêtés, méditant en silence .

Le flot bruyant des touristes nous environnait: certains nous contournaient sans s’arrêter, d’autres photographiaient tout ce qu’ils voyaient. Sans se regarder, ils se disputaient ce qu’ils estimaient être la position qui leur donnerait le meilleur cadrage. Des groupes s’immortalisaient  sur fond de palais défraîchis.

C’était encore le temps de l’argentique, comme on dit maintenant… Les pellicules n’étaient pas données et le développement des clichés avait un coût… Et l’on ne voyait les épreuves qu’une fois rentré chez soi… avec le regret des photos ratées…

Nos appareils étaient sagement restés dans nos sacoches…

Pris par la grandeur du paysage, ressentant en même temps le poids de l’histoire millénaire, nous étions saisis et silencieux.

Un groupe de français braillards envahit le lieu, nous bousculant presque. L’un d’eux avait une caméra, dont l’objectif fureteur balayait l’espace. Il était si près de vous qu’il a probablement retrouvé sur son film un gros plan mal cadré de votre visage interloqué.

C’est alors que nos regards se croisèrent.

Nos méditations parallèles, perturbées par cette turbulence, se rencontrèrent. Vous lâchâtes: « Un vrai pirate de l’image… ».

Mon approbation suivit…

Une conversation s’en suivit…

Hébergés chez l’habitant, dans des quartiers différents, nous avons continué notre découverte, nous retrouvant le matin et nous quittant le soir. Ruelles, quartiers, places, musées, églises, tous ces lieux grands ou petits nous inspiraient. Nous déambulions, laissant vagabonder nos esprits nomades, partageant le silence et les itinéraires, sans éprouver le besoin de parler.

Seul le repas de midi que nous prenions ensemble dans une trattoria était l’occasion de conversations; s’y mêlaient nos thèmes favoris, l’histoire, l’art, mais aussi la philosophie. Au fil du temps s’installait entre nous une intimité qui autorisa bientôt l’émergences d’anecdotes plus personnelles.

Tel fut le début de notre amitié.

Les années ont passé… Avec chacun une famille, un métier, nous avons vécu…

Quelques moments partagés, à l’occasion de vacances ou d’évènements familiaux plus ou moins gais ont été autant de jalons le long de ce parcours fraternel de quatre décennies.

Mais le plus important de nos liens a été épistolaire et il m’arrive souvent de relire certaines de vos lettres.

Le récent voyage à Venise que j’ai effectué avec la compagnie si douce de l’amour de ma vie (qui vous embrasse bien affectueusement) s’est produit en Avril dernier… Destin ou coïncidence, c’était, vous en souvenez-vous, le temps de notre première rencontre.

Quel changement en quarante années!

Le grand canal est devenu une véritable autoroute. Les vaguelettes des vaporettis sont devenues un clapot incessant érodant irrémédiablement les bases des bâtiments, quand il ne se produit pas un véritable mascaret soulevé par la proue d’un de ces gigantesques paquebots de croisière qui hantent maintenant les lieux.

Les groupes de touristes que nous avons connus se sont mués en véritables hordes venant des quatre coins du monde, précipités dans une ronde infernale de visites à marche forcée et d’achats compulsifs de souvenirs « made in China »..

Nous nous sommes beaucoup amusés à observer les comportements de cette nouvelle espèce qu’est l’Homo-Smartphonibus. Vous souvenez-vous de nos échanges à propos de Darwin et de sa théorie de l’évolution?

Le digne savant aurait été interloqué: il avait observé une évolution conditionnée par l’environnement et l’apparition de nouvelles tâches à accomplir. Aurait-imaginé que l’un des membres supérieurs de l’Homo-Sapiens se serait trouvé prolongé d’un appendice métallique sans lequel aucun souvenir de voyage ne saurait être retenu. Cette chose, la perche à selfie permet à son digne propriétaire d’être toujours sur la photo, au premier plan, comme la chose la plus importante. Il ne s’agit plus de montrer, au retour, ce que l’on a vu, mais de bien prouver qu’on y était…

Où est le temps où le photographe s’oubliait, et ne transparaissait que dans une signification cachée de l’image?

Plus, alors que nous envoyions des cartes postales qui pouvaient mettre des semaines à parvenir à leur destinataire, on envoie maintenant des messages photographiques, MMS et autres e-mails, dont le thème principal n’est plus le lieu, mais le touriste.

Encore plus, on envoie plus de baisers à la fin de la carte, avant la signature… On termine par un « émoticône« … Quand je pense à ce que sont les vraies « icônes »… je frémis, j’enrage: expression frelatée, usurpation d’identité… Imposant à ce terme, en guise de vengeance, une distorsion de son orthographe (avec phe…), je dirais volontiers que cette manière de faire est une « émotico..nnerie ».

Ah! Mon ami…

Que cette uniforme modernité est donc rébarbative!

Je ne peux terminer cette lettre sans évoquer ces trattorias qui nous accueillaient pour des déjeuners bavards et féconds…. Certaines, ou leurs semblables, sont encore là… au milieu des établissements de restauration rapide (je refuse l’anglicisme).

Mais maintenant, malgré le brouhaha provoqué par les groupes parlant fort, riant convulsivement à gorge déployée, nulle vraie conversation n’est à suspecter. Chacun s’abîme dans la contemplation de sa prothèse soit disant intelligente,  surveillant l’arrivée de messages capitaux du style « T’es où », surfant sur les sites d’information, gobant les canulars les plus invraisemblables pour lesquels un anglicisme est en passe de s’imposer, passant en revue les photos du même visage aux contours déformés par la prise de vue,  « le leur » . Il y aurait, nous dit-on, un verbe qui désigne cette action: « télésnober« …  J’aurais préféré « télémépriser » qui eût été plus exact…

Du temps où le livre tenait la place que nous avons connue, nos parents nous disaient: « on ne lit pas à table »… et, à notre grand dam, nous forçaient à abandonner notre lecture le temps du repas.

Maintenant, on twitte à table, on surfe à table, on envoie des SMS à table, et pas qu’à table…

Malgré tout, ces nouvelles technologies ont un avantage: elles nous permettent de nous écrire plus souvent, elles permettent à nos lettres de parvenir quasi instantanément à leur destination, ce qui en décuple le plaisir.

Mais trop de mots tue les mots et votre réponse n’aura pas besoin d’être immédiate.

Laissons-nous le temps de savourer cette si longue amitié.

Je vous embrasse, Cher Ami, comme un frère, certain que vous n’avez pas besoin d’un ridicule petit dessin pour me comprendre.

 

Pierre LAURET

 

 

 

 

Avr 07

Una strada, una notte

Le quindici parole: La farmacia, finora, il chimico, cominciare, decollare, esatto, il domani, la digestione, la luna, invitare, l’incasso, silenzioso, scuro, la riunione, recarsi.

 

Una strade, Una notte.

La strada Amedeo Avogadro non era illuminata per lampioni.
L’unica luce era il bagliore verde della croce della farmacia che si trovava all’incrocio con il corso Antoine-Laurent Lavoisier… Una farmacia all’incontro di due chimici
Finora, non aveva percosse la strada Avogadro di notte…
Invitato a cena, le lasagne e il Bardolino mi promettevano una digestione sonnolenta…
E doveva decollare l’indomani mattina per recarmi a Berlino,… Per una riunione…. di chimici
Avevo fretta di andare a letto…
C’era luna piena…
Il disco luminoso, fuggendo dalle nuvole, non esattamente nell’asse della strada, illuminava il marciapiede sul quale andavo…
L’altro era scuro
Pesante era il silenzio … E lunga la strada…
Tutt’ a un tratto, una sorda angoscia cominciò a invadermi.
Mi ricordavo che il farmacista era stato assassinato per un drogato che voleva l’incasso
Le suole delle mie scarpe non facevano rumore sul pavimento.
Eppure, sentii un botto, ritmato come un passo… che proveniva dal retro…
Mi girai, cercandone l’origine…
In un raggio di luna, emergendo dell’oscurità, vidi un riflesso che andava al ritmo del botto… un bastone bianco…,
Un cieco mi seguiva… senza saperlo…Era il destino?
Io creo che no… Non sono « Monsieur William »…

Avr 01

Campana a sera, G.A. CESAREO

 Ecco un poema,

la sua analisi grammaticale

et una proposta di traduzione.

Continue reading

Mar 31

Accord avec une liste de noms

Nel articolo « Cinque pasti… Bambini…Anziani« , si trovano due occorrenze: Continue reading

Mar 24

Cinque pasti…Bambini… Anziani.

Cinque pasti… Bambini… Anziani.

Sei, cinque, quattro, tre, quattro, cinque…

È cosi l’evoluzione del numero dei nostri pasti per giorno nel corso della nostra vita.

Continue reading

Mar 24

I Fiori a cinque petali

I Fiori a cinque petali.

Riconescere une pianta è sempre difficile per quelli che non sono esperti in botanica. Continue reading

Mar 24

L’agopuntura

L’agopuntura:

Nella medicina tradizionale cinese, sono cinque elementi: la terra, l’acqua, il fuoco, il legno, il metallo.

Quest’elementi corrispondono alla ripartizione di altre cose, come gli organi, le stagioni, i sentimenti, eccetera.

Tutti questi elementi sono in relazione gli uni con gli altri. Continue reading

Mar 19

Un strano tipo (seguito)

Le quindici parole: Germania, le lasagne, la mancanza, loro, l’istruzione, indeciso, gridare, il fumo, una fetta, il pranzo, partire, operare, lo scherzo, il volo, toccare.

Un strano tipo (seguito)

Lo svizzero era sparito.
La curiosità del personale della sala da tè, spronata per i suoi passaggie e esacerbata per l’incontro con questo ragazzo, non aveva potuto essere saziata.
La mancanza di riposto a tutte le questione aveva alimentato le conversazioni e le congetture procederono bene per qualche settimane.
Il tempo, la routine, sopratutto la versatilità di questi giovani menti, senza gran’istruzione, sono come vere e proprie lasagne del oblio, facile a digerire.
Si passò ad altre cose…
Un giorno, dopo la pausa di mezzogiorno, una delle bariste, Gigliola, fece irruzione nella sala da tè, gridando: « l’ho visto! l’ho visto! »
I clienti guardarono in su, capendo nulla, immergendosi ben presto in loro tazze, degustando le loro fette di plum-cake.
Nella cucina, tutti pressarono la ragazza di questione:
« È un scherzo? »
« No, l’ho veramente visto! »
« Dove? »
« Da francesco! »
« Il ristorante? »
« Si, per il pranzo. »
« Era solo? »
« No. »
« Con chi? »
« Con il ragazzo! »
« Con il ragazzo…. »
Tutto il personale era indeciso… Che storia!…
Nel frattempo, i dolci che erano nel forno, cominciarono a bruciare e il fumo invase la cucina e stesso la sala.
I clienti, sentendo l’odore del fumo, partirono tutti in fretta, com’ un volo di passeri.
Uno di essi chiamò i pompieri.
Questi non ebbero nessun problema per operare
Pur troppo, tutti i dolci erano carbonizzati.
I dependenti erano toccati per le consequenze di quest’affare…
Chi era lo svizzero?
No lo saprebbero questo giorno…
In ogni modo, sarebbero occupati per un altr’affare: alla sera, c’era la partita Italia-Germania per i campionati europei di calcio…
Versalità… quando ci tieni…
Continua… forse…

P.L. le 19 Mars 2016

Mar 18

Fonctionnement de cette « grammaire »

Cette grammaire n’est pas une reproduction de ce qui existe déjà dans d’excellents livres.

Y seront rappelées les règles en relation avec des questions soulevées par les textes, en termes de syntaxe ou de règles de grammaire.

Par exemple, une faute détectée par un lecteur attentif et/ou interrogatif pourra donner lieu à une petite synthèse visant à faciliter la compréhension et la mémorisation de la règle concernée ou à optimiser le choix d’un terme parmi les différentes possibilités qui peuvent se présenter à partir du même mot français ou de la même expression française.

Chaque lecteur pourra ainsi grapiller…ou glaner…

Les commentaires laissés sur un article peuvent aussi servir à demander une mise au point sur un sujet précis….

A suivre… en fonction de vos textes et de vos commentaires…

PL le 18 Mars 2016